Dental Tribune Belgium (French)

« Les ORTHORA 200 sont les Rolls Royce des fauteuils orthodontiques »

Dr Boris Dominicus sur l’un des sept fauteuils ORTHORA 200 du cabinet Dominicus Mattheeuws. Depuis l’an dernier, le cabinet qu’il gère avec son collègue Dr Nele Mattheeuws opère depuis un nouveau site à Reeshof, un quartier de Tilburg. (Photographes : DTI)
By Kasper Mussche, DTI
August 28, 2019

« Nous voulions un cabinet moderne avec une touche industrielle : des sols en béton, du bois, des meubles en acier, du noir et blanc, » déclare Dr Boris Dominicus en accueillant Dental Tribune International au nouveau cabinet d’orthodontie qu’il gère avec son collègue Dr Nele Mattheeuws à Reeshof, un quartier résidentiel de la ville néerlandaise de Tilburg. Et Boris Dominicus de poursuivre, « En même temps, nous voulions créer une atmosphère de salon confortable pour que nos patients se sentent comme chez eux. »

« Nele et moi-même étions convaincus de pouvoir acquérir des fauteuils ORTHORA 200 dès le départ, comme nous en avions toujours eu dans notre ancien cabinet. Nous avons donc étudié tout cela avec l’agence de design, la seule chose sur laquelle nous devions encore trancher étant la couleur des fauteuils. Le grand avantage avec les fauteuils ORTHORA est que l’on peut personnaliser le cadre et le rembourrage en fonction de ses goûts et de l’aspect du cabinet. Nous avons décidé de laisser nos fauteuils simples et minimalistes… en noir et blanc, comme l’intérieur. » Nous disposons de sept nouveaux fauteuils ORTHORA 200, les anciens ayant été rapportés à Utrecht Dental, le distributeur de MIKRONA aux Pays-Bas, qui vient une fois par an pour procéder à une inspection.

Les anciens camarades Boris Dominicus et Nele Mattheeuws, d’origine flamande, se sont rencontrés à l’Université de Ghent lors de leur spécialisation en orthodontie et, avant d’ouvrir ensemble leur cabinet, on les surnommait déjà Dominicus Mattheeuws. « Après avoir terminé le lycée, j’ai d’abord étudié le génie civil, » explique Boris Dominicus, « mais au bout d’un an, j’ai réalisé que je voulais faire un travail qui me permette beaucoup de contact social. Dès le plus jeune âge, je voulais être dentiste et je trouvais que les appareils orthodontiques étaient des équipements fascinants, même si ironiquement, je n’en jamais eu besoin d’en porter personnellement. J’ai commencé à étudier la médecine dentaire et me suis ensuite spécialisé dans l’orthodontie. D’une certaine manière, l’orthodontie n’est pas si differente que cela de l’ingénierie de la bouche. Je me réjouis des visages rayonnants quand j’enlève les appareils. »

L’emplacement du cabinet est on ne peut plus idéal. Il est situé au centre de Reeshof, un quartier avec une forte proportion d’adolescents et de parents de jeunes enfants, et avec une école accueillant 3 000 élèves, la demande est élevée. « Pour moi, c’était l’emplacement idéal. Notre ancien cabinet était plus proche du centre-ville, mais 70 pour cent de nos patients vivaient dans ce quartier. Il y a également 100 places de stationnement disponibles à l’avant, alors que l’arrière du cabinet donne sur le parc. On se sent ici comme si l’on était en pleine forêt. C’est un cabinet avec un grand potentiel et je réjouis de pouvoir travailler ici dans les années à venir. Avec les fauteuils ORTHORA, bien entendu, » ajoute Boris Dominicus.

Qu’est-ce qui fait la différence des fauteuils ORTHORA 200 par rapport aux autres ? Selon Boris Dominicus, « ils sont juste super beaux et l’on a plaisir à travailler avec. J’utilise différentes sortes de fauteuils dans mon cabinet privé et bien que ces fauteuils datent de bien cinq années, ils sont tous un peu plus fragiles, plus bruyants, donc moins pratiques. L’ORTHORA 200 est résistant, une caractéristique indispensable étant donné que Nele et moi-même auscultons un millier de patients tous les mois. C’est comme si l’on comparait une bonne voiture à une moins bonne. Les deux t’emmènent du point A au point B, mais quand tu as l’habitude de la bonne, tu ne peux t’empêcher de remarquer les problèmes de l’autre. De la même manière, les ORTHORA 200 sont les Rolls Royce des fauteuils orthodontiques. »

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related Content

January 8, 2018 | Europe | Business, Interviews

Interview: We enjoy treating every patient

The shortest distance between two people is a smile! Lucerne-based orthodontist Dr Marc Schätzle means everything he says on his practice’s website. The practice, which he runs together with his …

details

January 8, 2018 | Europe | Business, Interviews

A work of art

Dr Marcel Kolouch has been an orthodontist for seven years and works at the Forumklinik Dr. Tegtmeier & Partner practice in Neuss in Germany. Even during his training period as …

details

© 2019 - All rights reserved - Dental Tribune International